À la barre de "Tea for 20's" depuis plus de sept ans,  Lily Thibodeau mets de l'avant sa carrière solo en tant qu'auteur-compositeur-interprète sous le nom de Lily Tea. Elle continue de s'inspirer de ce qu'elle qualifie d’« ancienne musique populaire », soit le jazz du début du siècle, avec soin d’en proposer une relecture teintée de folk et d’électroswing.

 

C’est suite à un « roadtrip » sur les routes des États-Unis en 2006 qu’elle précise ses intentions artistiques, celles de perpétuer la richesse des harmonies et des mélodies qui ont influencé les grands courants de la musique populaire américaine. C’est durant cette période qu’elle joue dans un groupe folk à tendance bluegrass et performe sur les grandes rues mythiques de Chicago, Memphis, Nashville, Clarksdale et New Orleans. Elle revient ensuite au Québec armée de nouvelles influences pour pousser ses recherches. C’est pourquoi elle propose aujourd’hui des pièces sophistiquées qui tirent leur essence d’une musique instinctive et festive.

 

Entourée d’un solide noyau de musiciens dont Vincent Gagnon (Keith Kouna, Tire le Coyote, Paule-Andrée Cassidy), Renaud Paquet (Bazirka, La Grande Étude, Swing Station) et Antoine Breton (Polémil Bazar, Artillerie Lourde), elle rend hommage à ses racines musicales avec la volonté de leur donner un souffle nouveau. Mettant de l’avant la chanson francophone, elle nous livre des textes qui exposent avec légèreté la complexité des relations humaines. Avec des thèmes « psychopop », elle dépeint avec auto-dérision les difficultés à garder un équilibre et une paix d’esprit devant le rythme effréné de la vie moderne. En plaçant en premier plan cette dichotomie entre musique ancienne et urbanité, elle appuie chaque note d’une voix riche, habile et sentie.

 

Co-réalisé avec l’aide de Stéphane Rancourt, on peut déjà entendre le simple « À tout rompre » (Beleive) sur toutes les plateformes numériques.